Loading....

Accompagnement des élus locaux

Avec l’avènement de la décentralisation, l’association a  élargi son champ d’actions à travers les activités suivantes :

  • Expertise au sein du Programme National de Gouvernance, aux travaux du Comité Sectoriel Décentralisation dont on voit la mise en œuvre des recommandations dans l’évolution du processus au Cameroun ;
  • Expertise dans l’élaboration des Programmes Municipaux Intégrés de lutte contre la pauvreté dans l’arrondissement de Yaoundé VI avec le Centre des Nations Unies pour les Etablissements Humains en 2001
  • Conduite en 2003 dans le cadre du Sommet AFRICITES 3, de l’Etude sur la contribution de la société civile à l’amélioration de l’accès aux services de bases au Cameroun ;

Participation au programme de renforcement des capacités des élus locaux au Cameroun avec le Ministère en charge de l’Administration Territoriale depuis 2004.

Renforcer les capacités des femmes

Parler de leadership local en pensant aux femmes trouve tout son sens dans la mesure où les femmes étant très actives dans leurs communautés, au niveau familial, traditionnel, religieux et même dans les mouvements associatifs, devraient trouver plus facilement le chemin vers la place de leader.

Mais les faits sont têtus et la situation actuelle permet de constater l’optimisme de cette hypothèse.

En effet, au Cameroun, les résultats des récentes élections de 2018 et 2020 permettent de relever une nette amélioration de l’accès des femmes aux fonctions électives, même si l’on reste très loin de la parité de sexes dans la vie politique et publique. On compte 58 femmes députées à l’Assemblée nationale sur 180 (soit 31,11%), 26 femmes sénatrices (soit 26%) sur 100 sièges et 33 Maires sur les 360 que compte le pays.

Conformément à deux des objectifs stratégiques du Plan d’Action de Beijing et notamment : (objectif stratégique L.9) « renforcer le rôle de la famille dans l’amélioration de la condition de la petite fille » et (objectif stratégique G.1) « prendre des mesures propres à assurer aux femmes l’égalité d’accès et la pleine participation aux structures du pouvoir et à la prise de décisions », PROTEGE QV s’est intéressé à :

  • renforcer les capacités des femmes afin qu’elles disposent de ressources (immatérielles et particulièrement savoir- savoir être et savoir-faire) pour s’asseoir autour des tables de décisions ;
  • sensibiliser les parents à éduquer la petite fille pour en faire la femme leader de demain.

Les activités suivantes ont été menées pour préparer les femmes à s’engager dans le leadership politique :

  • Contribution à l’élaboration d’un livre blanc sur situation de la femme au Cameroun avec la Fondation Friedrich Ebert ;
  • Accompagnement en 1998, du Ministère en charge de la promotion de la femme à organiser un atelier d’évaluation de la participation des femmes aux législatives de 1997 au Cameroun ;
  • Deux ateliers de formation des candidates aux prochaines élections législatives au Cameroun, en 1998 et 1999 ;
  • Coordination du Sous-Comité « Femmes et Groupes sociaux vulnérables » dans le cadre de la préparation de la 2ème Conférence des Nations Unies sur les Etablissements Humains à Istanbul ;

De plus, avec la place prise par l’informatique dans l’amélioration de la vie quotidienne, un effort a été fait pour lutter contre l’e-illetrisme féminin. Un projet intitulé Femmes du Haut-Nkam au rendez-vous des NTIC:Initiation de 150 Femmes à l’outil Informatique, a été conduit avec l’appui de la Commune Urbaine de Bafang.

En vue de sensibiliser à l’éducation de la petite fille, femme leader de demain, PROTEGE QV a sous ce prisme, régulièrement encouragé les élèves méritantes par des prix. De plus, plusieurs formations à l’initiation à l’informatique ont été organisées en respectant tout au moins la parité de sexes.

Dans la publication du livre blanc sur situation de la femme au Cameroun avec la Fondation Friedrich Ebert, PROTEGE QV a rédigé un article sur l’impact de l’éducation de la petite fille sur la femme leader de demain.

Back To Top